L’hôpital Dalal Jamm Qualifié De «Gros Dispensaire»

  • Source: : Sud Quotidien | Le 14 décembre, 2017 à 22:12:15 | Lu 4416 fois | 4 Commentaires
content_image

L’hôpital Dalal Jamm Qualifié De «Gros Dispensaire»

Le Syndicat unique des travailleurs de la santé et de l’Action sociale (Sutsas) a qualifié l’hôpital Dalal Jamm de «gros dispensaire.» Pour cause, 450 jours après son ouverture, aucun malade n’a été hospitalisé, un déficit criard de personnel y est déploré, la cuisine, la buanderie et la pharmacie IB ne sont toujours pas opérationnelles. Ce constat inquiétant a été mentionné dans une résolution rendue publique hier par la section Sutsas de Dalal Jamm.
 
L’hôpital Dalal Jamm a du plomb dans l’aile. Plus d’un an après son ouverture en grande pompe, la structure n’a hospitalisé aucun malade. En s’inquiétant de cette situation, la section Sutsas a rendu public une résolution listant tous les maux qui gangrènent cette nouvelle structure, naguère qualifiée de joyau sanitaire. Il s’agit du déficit criard en personnel, de la cuisine, la buanderie et la pharmacie IB qui restent toujours non fonctionnelles. Autrement dit, selon les syndicalistes, l’essentiel de l’activité tourne autour des consultations spécialisées, avec quelques rares malades admis en observation pour quelques heures. Mais, ce qui est plus grave, signale la section Sutsas, c’est que la plupart des malades consultés se tournent  vers d’autres structures sanitaires pour des examens complémentaires, du fait du fonctionnement irrégulier du laboratoire et de l’imagerie médicale. «Tous ces manquements font que l’hôpital Dalal Jamm apparait comme un gros dispensaire».
 
Les travailleurs ont également fait état des 500 millions de subvention alloués à l’hôpital et qui ne couvrent pas toutes les charges. Et d’alerter que «Dalal Jamm risque, à moyen terme, de connaître le même sort que les autres hôpitaux». L’endettement, les tensions de trésorerie, les conflits sociaux quasi permanents, le manque récurrent de consommables (papiers, cartouches pour imprimante) font partie des dysfonctionnements soulevés dans la résolution. Idem pour les ruptures répétées de réactifs et de consommables aux services de biochimie et d’imagerie médicale, sans oublier l’insuffisance de locaux «inadéquats» pour le personnel administratif.
 
REMUNERATIONS INDECENTES, GEL DU CONSEIL D’ADMINISTRATION
 
Les blouses blanches ont également fustigé le non-paiement des primes de responsabilité aux chefs de services médicaux nommés par arrêté ainsi qu’aux chefs de services, de divisions et les surveillants. Les primes de caisse, d’intéressement, les heures supplémentaires et autres indemnités ainsi que les fonds de motivation nationale redevables au personnel contractuel ne sont pas également payés.

Les autres griefs de la section Sutsas portent sur les pertes d’avantages des agents étatiques, les rémunérations indécentes des contractuels, le renouvellement à outrance des autorisations et des contrats de stage et l’inexistence du Conseil d’administration. En somme, une kyrielle de revendications qui ont conduit les syndicalistes à interpeller la Direction et les autorités du ministère de la Santé  pour leur  régularisation dans les meilleurs délais. 


Auteur: Cheikh Tidiane Mbengue - Sud Quotidien






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (4)


Anonyme En Décembre, 2017 (08:38 AM) 0 FansN°: 1
Bouléne yak liguéye Mr Abdoulaye Wade bi waye. Tout ce qu'on vous demande est de bien gerer ce joyau.

Metttez les hommes qu'il faut à la place qu'il faut. Il y'a eu + de directeur dans cet hopital que de gardien...
Anonyme En Décembre, 2017 (08:38 AM) 0 FansN°: 2
parfaitement vrai

j'étais étonné d'entendre dans le bilan de l'hopital "nombre de consultations" est toujours mis enexergue or la vocation hospitalière ce n'est pas les consultations externes

c'est vrai dommage et paradoxal de transformer les hopitaux du sénégal en dispensaire au meme moment les techniciens arguent le manque de place pour hospitaliser les malades . en acceptant cette situation les techniciens de santé ont une grande part de responsabilité
Anonyme En Décembre, 2017 (09:18 AM) 0 FansN°: 3
On doit être sérieux dans nos plannings et savoir ce que nous voulons accomplir. Mais si c'est juste créer quelques chose pour se vanter ou simplement prouver au monde que c'est moi qui est créé et se réjouir de ça on ira nulle part on se s’arrêtera qu'a la création et rien d'autres



c'est comme créé un enfant: il faut s'en occuper, le nourrir, l’éduquer, le protéger, le gérer....et le voir grandir, se marier et voir ses petits fils. qui prendront la relève.....
Amy En Décembre, 2017 (10:49 AM) 0 FansN°: 4
Apparement rien ne va plus dans ce pays.

La plupart des infrastructures majeures qui sont inaugurées en grandes pompe tombent dans l´oubli ou fonctionnent au rabais.

Ce pouvoir en place et ses agents sont une vraie bande d´incapables qui ne fait que mentir au peuple. Le bateau prend de l´eau de partout plus rien ne va comme on dit au poker. Quand les rats commenceront ils à quitter le navire!!!

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 860 09 50    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com