L’Etat a payé les sommes dues aux enseignants et chercheurs de l’UCAD

  • Source: : APS | Le 06 octobre, 2017 à 19:10:28 | Lu 2287 fois | 8 Commentaires
content_image

L’Etat a payé les sommes dues aux enseignants et chercheurs de l’UCAD

L’Etat a "débloqué" 4.537.819.707 francs CFA entre août et octobre pour payer leur dû aux personnels enseignants et de recherche de l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar (UCAD), a déclaré le rectorat de cet établissement d’enseignement supérieur, en réponse au Syndicat autonome des enseignants du supérieur (SAES), qui a menacé de boycotter les examens de rattrapage.

"Une somme de 4.537.819.707 de francs CFA a été débloquée entre août et octobre 2017 par les pouvoirs publics pour le paiement des sommes dues aux personnels enseignants et de recherche", soutient le rectorat de l’UCAD dans un communiqué parvenu vendredi à l’APS.

La section SAES de l’UCAD a menacé de boycotter les examens de rattrapage, pour protester contre le non-paiement de sommes d’argent que l’Etat doit à ses membres.

"A la date du 6 octobre 2017, toutes les sommes dues aux enseignants et aux chercheurs, dont les états sont transmis, ont été intégralement virées auprès des banques" où sont domiciliés les comptes de ces membres du SAES, affirme le communiqué.

"Les services du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, du ministère de l’Économie et des Finances, et du ministère du Budget ont été sensibles à nos sollicitations et ont progressivement mobilisé et mis à notre disposition des ressources financières considérables pour régler toutes nos créances", poursuit le communiqué.

Le rectorat de l’UCAD soutient par ailleurs qu’"aucune autorité n’a pris l’engagement, ni oral ni écrit, à payer primes, per diem ou indemnités à une date donnée".

La "position constante" des autorités de l’Université Cheikh-Anta-Diop "a été de dire aux partenaires sociaux que tous les efforts sont faits pour disposer des ressources nécessaires à la solde de toutes les créances", argue le rectorat.

Il affirme que la section SAES de l’UCAD "a été, au quotidien, informée de l’avancement du dossier".


Auteur: Aps - APS






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (7)


Anonyme Kheuch En Octobre, 2017 (22:31 PM) 0 FansN°: 1
Payer les instituts ils ont des charges qui les dépassent. Nous avons marre d attendre.urgent sinon on met vos étudiants dehors
Anonyme En Octobre, 2017 (11:43 AM) 0 FansN°: 2
Je constate pour le deplorer que les enseignants senegalais se conduisent comme des enfants gatés de la fonction publique d'Etat, ils ne nous parlent que d'indemnités, der diems et de primes, surtout ceux du Superieur qui font partie des mieux traités et payés de l'Etat ,les autres problemes de l'enseignement ne les regarde pas et pourtant ce sont les plus preoccupants ,on peut dire sans risque de se tromper que les enseignants font partie des principaux responsables de la mauvaise qualité de l'education de ce pays,ils ont mis leur poche à la place de leur tete et pourtant ils ne sont loin d'etre les plus malheureux .tout le monde sait que l'Etat est un grand debiteur mais solvable , menacer le systeme educatif pour des retards de reglement non de salaires mais de ses accessoires dans un pays ou le chomage est endemique me parait irresponsable.
Pfff En Octobre, 2017 (12:10 PM) 0 FansN°: 1
vous qui parlez de "poche à la place de leur tête", allez faire du bénévolat pendant que vous y êtes. depuis des années le gouvernement nous fait courir et vous voulez nous faire la morale. arrêtez de nous diaboliser. fi kou gnou fi amel xaliss nga kaas ko. alors ne nous fatiguez pas.
Pfff En Octobre, 2017 (12:10 PM) 0 FansN°: 3
Vous qui parlez de "poche à la place de leur tête", allez faire du bénévolat pendant que vous y êtes. Depuis des années le gouvernement nous fait courir et vous voulez nous faire la morale. Arrêtez de nous diaboliser. Fi kou gnou fi amel xaliss nga kaas ko. Alors ne nous fatiguez pas.
Pfff En Octobre, 2017 (12:10 PM) 0 FansN°: 4
Vous qui parlez de "poche à la place de leur tête", allez faire du bénévolat pendant que vous y êtes. Depuis des années le gouvernement nous fait courir et vous voulez nous faire la morale. Arrêtez de nous diaboliser. Fi kou gnou fi amel xaliss nga kaas ko. Alors ne nous fatiguez pas.
Anonyme En Octobre, 2017 (12:18 PM) 0 FansN°: 5
Il faut reconnaître les efforts de l'Etat sur le plan financier dans l'enseignement supérieur. Et pour être honnête il faut aussi saluer le rôle du recteur Thioub qui a fait évoluer beaucoup de dossiers par son enseignement et son esprit d'ouverture et de dialogue. Cependant il ne faut pas oublier le sort de nos collègues vacataires que l'on entend pas mais qui souffrent car ils restent un (01) an et oui sans être payé! Ils ont reçu leurs indemnités de correction pour l'année 2015-2016 qu'en juin 2017. Peut-être que pour 2016-2017 ils percevront cela en 2018? Ils attendent encore leurs pécules du 2ème semestre. Pensez M. le recteur à eux pour diligenter leur paiement car la plupart d'entre eux n'ont pas d'autres sources de revenus.
Anonyme En Octobre, 2017 (13:14 PM) 0 FansN°: 6
Il faut reconnaître les efforts de l'Etat sur le plan financier dans l'enseignement supérieur. Et pour être honnête il faut aussi saluer le rôle du recteur Thioub qui a fait évoluer beaucoup de dossiers par son engagement et son esprit d'ouverture et de dialogue. Cependant il ne faut pas oublier le sort de nos collègues vacataires que l'on entend pas mais qui souffrent car ils restent un (01) an et oui sans être payé! Ils ont reçu leurs indemnités de correction pour l'année 2015-2016 qu'en juin 2017. Peut-être que pour 2016-2017 ils percevront cela en 2018? Ils attendent encore leurs pécules du 2ème semestre. Pensez M. le recteur à eux pour diligenter leur paiement car la plupart d'entre eux n'ont pas d'autres sources de revenus
Anonyme En Octobre, 2017 (17:55 PM) 0 FansN°: 7
Bravo. qui paye ses dettes s enrichient. Nous felicitons les autorites et encourageons encore les enseignants et chercheurs du senegal, sans qui nos enfants n auraient pas la formation universitaire requise. Ils travaillent dans des conditions difficiles, mais meritent aussi toutes les felicitations de la nation. Un pays ne peut se developper sans des universitaires de qualite. Bravo encore l etat et nos braves scientifiques.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com