Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

ALBUM FOUNDATION BY DAARA J FAMILY: PROMO, PROS MOTS !

Posté par: Alioune badara NIANG| Mardi 30 août, 2016 13:08  | Consulté 242 fois  |  0 Réactions  |   

Ils ne sont pas le POKEMON. Ils font penser au Pokémon. Pas parce qu’ils sont dissimulés dans des endroits improbables ou choquants, ou qu’ils sont de petits êtres facétieux et virtuels recherchés ou enfin qu’ils sont de purs produits de réalité augmentée, mais seulement parce qu’ils déchaînent le même engouement, la même envie, la même passion que le..... Pokémon, ce jeu des jeux au moment où ces lignes sont écrites.

La ressemblance s’arrête là, car eux sont bien réels et, contrairement aux créatures de poche, ne se cachent pas. 
DAARA J FAMILY (je ne les dévoile que maintenant) portent une communication qui échappe même aux gens de la communication dont votre serviteur, en toute modestie, fait partie.

Du bon boulot, ils en ont toujours fait et c’est peu de dire qu’ils en font encore aujourd’hui qu’ils reviennent pour nous sensibiliser fondamentalement sur les valeurs de base de notre société avec leur dernier dévorant opus « Foundation », dont la promotion pour parler au grand nombre, bat son plein actuellement sur la bande FM, sur les plateaux TV, sur les réseaux sociaux….et sur scène. Just (only)4 you.

Bah, dans cette époque ultra-médiatisée où tout se sait, ça twitte, ça like, ça partage, bref, ça fait tout, partout et par tous pour Daara J family. Impossible d'y échapper tant l'utile et l’opportun rejoignent l’agréable pour le meilleur de l’existence. La nôtre. D’aucuns n’hésitent pas à dire qu’ils ont le vent qui souffle fort derrière eux. Evidemment, car dans cette promo médiatico- fun, à base de mots pros en cours qui court le pays, la dimension esthétique de la musique, de son verbe, de ses symboles, y est très déterminante.

Personnellement je suis tout emballé. A preuve, quand je suis dans ma voiture, mes doigts ne quittent jamais le bouton de la radio, qu’ils « appuient » sans cesse, pour capter et se caler au cas échéant, sur la fréquence qui donne la parole à la « Found-Action » de la "Seckmania". Et pour moi, c’est toujours un régal de sentir mes oreilles envahies par des mots pros (pas provocs) pour une cause qui parle de nos maux. C’est le résultat certainement d’une certaine inversion chez moi depuis plus jeune, dont je ne mesure pas encore la version. La vérité, c'est qu'on m'a le plus souvent puni pour ce que je n'avais pas fait. D'un autre côté, j'en ai fait aussi sans qu'on m'attrape. Rires. Mon jugement sur mon "je" est sévère… mais juste, donc pas un jeu. Passons, je ne veux pas m’éloigner du sujet de ma chronique. Je repasserai.

Eh oui, en écoutant parler NDONGO et/ou FAADA, ces idoles de trois générations (depuis 1992 jusqu’à maintenant, grand-mère, mère et fille ou grand père, père et du fils, chacun choisira son expression), je sens tout le professionnalisme, la grande expérience, le talent communicatif profond, sans doute, le fruit de leurs nombreux voyages, de leurs multitudes rencontres, de leurs pertinentes contributions au rendez-vous du donner et du recevoir culturel, qui en constituent le socle, que-dis-je la fondation. Que c’est désolant de facilité, que c’est « scandaleux », que c’est trop facile…. Plus sérieusement, c’est du sur-mesure. Rien que ça. Mais comment pourrait-il en être autrement ?

Parlant de sur-mesure et pour en comprendre le sel, voici ce qu’en dit Charles De Luca, petit-fils du fondateur du temple de l’élégance Parisienne, Camps de Luca, Mario de Luca : « Là où le prêt-à-porter doit être étincelant pour être remarqué, le sur-mesure doit se confondre avec celui qui le porte pour le mettre en lumière ».

Cette façon de faire de la promo se confond avec le savoir-faire et le faire savoir de ces artistes. C’est la Classe. C'est pourquoi je dis qu'être fan de DAARA J FAMILY, ce n'est pas céder à la tentation du luxe ostentatoire, mais à celle du luxe pour soi. Le sérieux c'est le cap, l'objectif c'est la gloire.Tout ceci conclu clairement, que « DJF » dans leurs finalités comme dans leurs moyens, continuent d'être dans l’imagination, dans la combativité, avec une énergie explosive et un long souffle. Par conséquent, je redis ceci : J'ai de l'admiration pour leur endurance, leur force de persuasion, leur culot même. J’en prends de la graine. Je vous invite à faire de même.

Certes, je suis bien conscient de faire là quelques numéros dithyrambiques pour ma démonstration, mais je veux quand même convaincre que tout ce qui était présenté hier dans la musique comme une perspective utopique, qu'elle soit d'ailleurs cauchemardée ou rêvée, est une belle réalité grâce à la posture de DJF.

Je voudrais profiter de cette chronique, pour rendre un vibrant hommage à ces grands Messieurs, qui sont de véritables serviteurs de la nation, des monuments. Hommes discrets, compétents, rigoureux, lucides en toutes circonstances. Des références. On ne les a jamais entendus dans un scandale ou des polémiques de boutiquier comme il en existe malheureusement énormément dans le secteur culturel, sous une odeur cultuelle. Des ambassadeurs. Vraiment le Sénégal est fier d’eux. Que Dieu leur prête longue vie et une santé de fer. Pour ne pas être censuré, je vais la jouer soft. NDANK !

aliounebadaraniangjunior@gmail.com

 L'auteur  Alioune badara NIANG
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Alioune badara NIANG
Blog crée le 15/05/2014 Visité 202898 fois 75 Articles 3130 Commentaires 16 Abonnés

Posts recents
EQUIPE DU SÉNÉGAL DE FOOTBALL : LE PÉRIL CISSE !
Sévir (sans dérive), la vraie réponse au déconomètre des incivilités et de la délinquance
Halte à cette foutue violence qui ôte des vies, aussi fait couler beaucoup d’encre et de sang !
DE STAR A TSAR, DE BOOBA A BOBARD !
Vilainie, Vilenie !
Commentaires recents
Les plus populaires